L’allaitement pour lutter contre certaines maladies

Nous voudrions partager avec vous une des actualités récentes sur l’alimentation des bébés. Les résultats d’une recherche qui peuvent bouleverser (en espérant) les habitudes alimentaires de nos jours.

Une étude menée très récemment par des chercheurs de l’Université de Tel Aviv a déterminé que les bébés nourris au biberon sont trois fois plus susceptibles que les bébés allaités à développer les troubles du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Les chercheurs se sont focalisés sur les problématiques d’augmentation de cas de la maladie TDAH de nos jours et ils se sont posés la question si ce n’était pas lié aux habitudes alimentaires récentes, plus particulièrement la diminution d’allaitement maternel des plus jeunes.

Leur étude a porté sur l’historique alimentaire d’environ 150 enfants âgés de six et 12 ans aujourd’hui. Ils étaient divisés en trois groupes – les enfants atteints de TDAH, leurs frères et sœurs sans trouble et un dernier groupe de jeunes sans TDAH.

Même en prenant en compte tels facteurs de risque comme la situation matrimoniale des parents, l’éducation, et des problèmes pendant la grossesse, les enfants diagnostiqués avec le TDAH étaient beaucoup moins susceptibles d’avoir été allaités pendant la première année de leurs vies.

Seulement 43% des enfants atteints de TDAH ont été allaités à l’âge de trois mois, comparativement à 69% de la fratrie et 73% du groupe de contrôle. Au bout de six mois d’âge, 29% du groupe TDAH a été allaité, comparativement à 50% de la fratrie et 57% du groupe de contrôle.

Bien que les chercheurs ne savent pas encore pourquoi l’allaitement maternel a un impact sur le développement futur du TDAH – cela pourrait être dû au lait maternel lui-même, ou au lien spécial formé entre la mère et le bébé pendant l’allaitement, par exemple – ils croient que cette recherche montre que l’allaitement maternel peut avoir un effet protecteur contre le développement de la maladie, et peut être considéré comme un avantage biologique supplémentaire pour l’allaitement.

Dr Mimouni-Bloch (l’auteur de cette recherche) espère mener une autre étude sur l’allaitement et le TDAH – examiner des enfants qui présentent un risque élevé pour le TDAH de la naissance, avec un suivi tous les six mois pendant les six ans, afin d’obtenir davantage de données sur le phénomène.

L’étude a été publiée dans la revue Breastfeeding Medicine.

Au plaisir de soutenir les familles qui décident d’allaiter et celles qui ont des doutes!

var hupso_url_t="";var hupso_title_t="L'allaitement pour lutter contre certaines maladies";

One thought on “L’allaitement pour lutter contre certaines maladies

  1. J’ai allaité tous mes enfants bien a delà d’un an, deux d’entre eux sont tda/h…comme moi!
    Le fait est que le tda/h a aussi une composante génétique. Je suis néanmoins certaine que l’allaitement a rendu plus vivable cette situation.Etre mère tda/h est plus facile quand on allaite.
    Par contre, quand nous apprenons que nous sommes tda/h se posent un dilemme affreux :
    -Ne pas allaiter pour prendre les traitement et vivre “normalement”, ce qui est un non sens, puisqu’on intensifie les risques de tda/h chez notre enfant et les moments difficiles à gérer (matériel, horaires, oublis, brûlures….)
    -Allaiter sans médicament, mais le chaos revient vite.
    -Existe-t-il une possibilité de vivre un allaitement épanoui et de ne pas être envahie à nouveau par le tda/h????
    Moi, je m’y épuise!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *